/*

Le grand combat

Vous êtes ici : Accueil » Mythologie » Le grand combat
Le grand combat

<p>

ARTICLE

       Au sommet du mont Olympe, protégés de la curiosité des hommes par d’épais nuages, les Immortels, dieux et déesses, devisent gaiement autour d’un grand festin. L’harmonie et la joie régnent. Soudain, un gros roc s’abat au beau milieu du banquet, provoquant un début de panique. “Qui a osé ?” hurle Zeus, le roi des dieux, au sein de la confusion générale. Les divinités ont à peine le temps de se remettre de leur stupéfaction qu’une série de blocs de pierre tombe sur l’Olympe, accompagnée de torches enflammées. Les Immortels se regroupent aussitôt et examinent la situation qui s’avère extrêmement préoccupante. En effet, sur toutes les montagnes avoisinantes, se dressent les silhouettes inquié-tantes de vingt-quatre Géants à la longue chevelure, portant des barbes hirsutes et possédant des pieds en forme de ser-pents. Ce sont les auteurs du bombardement qui dévaste l’Olympe. Fils de la Terre, ces horribles créatures ont décidé de détrôner Zeus, de chasser les autres divinités et de prendre leur place.Pour le moment, ils bénéficient de l’effet de surprise et risquent de parvenir à leurs fins si une réaction rapide ne se produit pas. Héra, l’épouse de Zeus, a l’air particulièrement sombre : elle sait que ces Géants ne pourront être tués par aucun des dieux ; seul un être mortel, vêtu d’une peau de lion, pourrait les mettre hors d’état de nuire. De plus, elle révèle à Zeus que la guerre sera perdue si l’on ne cueille pas une plante mystérieuse, dissimulée dans un lieu secret, et qui rend invincible. Soucieux, Zeus appelle Athéna, déesse de la sagesse, et s’entretient longuement avec elle. Il l’envoie ensuite sur terre, chercher Héraklès, le héros à la peau de lion. Puis Zeus, après avoir ordonné au Soleil, à l’Aurore et à la Lune de cesser de luire, descend de l’Olympe, et, dans les ténèbres, cherche à tâtons la plante magique. Il finit par la trouver et la rapporte dans le séjour des dieux où Héraklès vient d’arriver. Les dieux sont prêts à affronter leurs redoutables ennemis.

Visant le chef des Géants, Héraklès lui décoche une flèch et l’abat. Le monstre tombe au sol, mais, à la surprise géné raie, se relève sur-le-champ, plus vigoureux et plus alerta encore. Athéna comprend et s’écrie : « Vite, Héraklès Cette créature reprend des forces au contact de sa terre nata le! Emmène-la au loin !” N’écoutant que son courage, Hé raklès bondit sur le Géant, le saisit dans ses robustes bras e l’emporte dans une contrée lointaine où il le tue d’un couj de massue. Pendant ce temps, la bataille fait rage. Tous le: dieux se sont jetés dans la mêlée. Héphaïstos, le forgeror boiteux, fait chauffer des fers et bouillir du métal; Apollon dieu du Soleil, décoche des flèches redoutables ; Poséidon le maître des mers, brandit son trident. Seules les déesses pacifiques, comme Déméter et Hestia, restent à l’écart di combat. Effrayées, elles regardent le terrible spectacle er tremblant. Athéna, de son côté, a découvert une nouvelle arme : soulevant de lourds rochers, elle les propulse sur les assaillants. Pourtant, si les coups portés par les dieux et le; déesses abattent les Géants, ils ne suffisent pas à les éliminer. Chaque fois que tombe l’un de ces monstres, Héraklès doit lui donner le coup de grâce, sinon, même blessée, l’immonde créature reprend le combat. Le héros à la peau de lion fait tournoyer sa massue avec une grande vigueur et use de ses flèches avec dextérité. Bientôt, la plupart des Géants gisent sur le sol. Ceux qui restent debout prennent conscience de leur petit nombre et la défaite leur semble maintenant inévitable. Ils tentent désespérément de s’enfuir et se dispersent sur la Terre, poursuivis par les divinités qui veulent parachever leur victoire.

L’un des Géants, Encelade, qui court plus vite que les autres, se croit en sécurité, loin de la Grèce, quand Athéna l’aperçoit. Se saisissant d’un gigantesque rocher, elle le lance avec une violence prodigieuse sur Encelade. Aplati sous le projectile, en pleine mer, le Géant est devenu, depuis,

l’île de la Sicile. Poséidon, d’un seul coup de trident, brise en deux l’île de Cos et en jette une partie sur un autre Géant qui se trouve enseveli sous une nouvelle île : Nisyros. Tous les Géants sont ainsi écrasés un à un. Il ne faut pas croire pour autant qu’ils sont morts : leurs corps sont, certes, sous la terre, mais de nombreuses éruptions volcaniques prouvent qu’ils sont toujours vivants, aussi dangereux et méchants qu’à l’accoutumée .

Cependant, tandis qu’ Héraklès repart vers d’autres aven-tures, les divinités regagnent l’Olympe. Les lieux sont vite remis en état et le festin malencontreusement interrompu peut reprendre. Autour du trône de Zeus, dieux et déesses retrouvent leur gaieté, dégustant leur boisson habituelle, le nectar, et leur mets préféré, l’ambroisie. Les conversations reprennent de plus belle, exactement comme si rien ne s’était passé : les Immortels ont tout leur temps.

VIDEOS

Vidéo : Le grand combat

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le grand combat

http://www.youtube.com/watch?v=7YCwEtXhX2M

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié