/*

L’europe

Vous êtes ici : Accueil » Archéologie » L’europe
L’europe

Struthiosaurus

 

L’archipel européen appartenait, depuis la fin du Jurassique, au royaume euraméricain. Isolé de l’Amérique du Nord il y a plus de 110 millions d’années par la montée du niveau des mers il n’a eu de contact, au Crétacé supérieur, qu’avec l’Afrique. De nombreux représentants du royaume ouest-gondwanien (dinosaures, tortues, serpents, crocodiles) ont pu alors rejoindre l’europe.
Les animaux de cette période sont surtout connus dans le sud de la France, le nord de l’Espagne et en Roumanie. En France, depuis 1989, d’importants travaux de fouilles (les plus importants en europe actuellement) sont menés dans la haute vallée de l’Aude, autour du Musée des Dinosaures d’Espéraza, qui présente les résultats de ces fouilles et de nombreux autres dinosaures du monde entier.
Les fouilles menées par l’équipe du Musée des Dinosaures d’Espéraza ont révélé une faune très originale, fort différente des écosystèmes euraméricains antérieurs. Quelques survivants du royaume euraméricain subsistent néanmoins, comme le dinosaure carnivore Variraptor mechinorum, de la famille des dromaeosauridés.

 

Rhabdodon

 

Ce dernier, dédié aux paléontologues amateurs Patrick et Annie Méchin qui ont découvert ses restes en Provence, est très proche de Deinonvchus, du Crétacé inférieur d’Amérique du Nord. Les autres éléments euraméricains de la faune européenne sont le tenontosauridé Rhabdodon et le nodosauridé Struthiosaurus, deux dinosaures herbivores très voisins de leurs cousins nordaméricains du Crétacé inférieur : Tenontosaurus et Sauropelta. Les formes euraméricaines du Crétacé supérieur d’europe sont donc des animaux relativement « archaïques » pour leur époque, mais la faune européenne de la fin de Père mésozoïque comprend aussi de nombreux animaux ouest-gondwaniens. Ils témoignent, comme la tortue Polysternon , de la famille des pelomédusidés, les dinosaures Tarascosaurus un abelisauridé et Ampelosaurus atacis (pages précédentes) un titanosauridé, d’échanges à travers la Téthys par des zones exondées.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié