Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ HISTOIRE ET ARCHEOLOGHIE

La langue indo – européenne

Vous êtes ici : » » La langue indo – européenne ; écrit le: 21 décembre 2014 par imen

2Il s’agit de la langue mythique qui serait à l’origine de très nombreuses langues parlées dans le monde (sanscrit, latin, grec, langues celtiques, langues romanes, langues germaniques, langues slaves, albanais, arménien, etc.). En étudiant les différentes langues, les savants du 19e siècle sont arrivés à la conclusion qu’il y a trop de ressemblances entre de nombreuses langues pour qu elles ne soient issues d’une même langue commune. Lorsqu’on a également compris les diffé­rentes lois qui régissent la phonétique historique, les nombreux points de similitudes entres les langues sont apparues plus manifestes. En se basant sur les lois phonétiques, les savants ont tenté de recréer pour de nombreux mots l’étymon de départ, celui qui était « parlé » en indo- européen. Bien entendu, si de nombreux étymons sont maintenant attestés, personne ne connaît la grammaire de l’indo-européen ni la manière dont il était parlé. Puisqu’on est parvenu à recomposer de nombreux étymons indo-européens, le lecteur ne sera pas étonné que soient publiés des dictionnaires des racines indo-européennes. À ma connaissance, il n’existe pas de dictionnaire de ce type en français mais en anglais il en existe plusieurs dont un dans la collection des diction­naires Héritage (The American Héritage Dictionary of Indo-European Roots. Houghton Mifflin Company. 2000). En français, quelques diction­naires d’étymologie font également référence aux racines indo-euro- péennes comme c’est le cas du Nouveau Dictionnaire étymologique du français, de Jacqueline Picoche et. dans une moindre mesure, le Dictionnaire historique de ta langue française. d’Alain Rey (collection des dictionnaires Le Robert). Le grand avantage de la langue française par rapport aux autres langues indo-européennes réside dans le fait qu’on connaît la langue « mère » de toutes les langues romanes, c’est le latin. Par contre, on ne connaît pas la langue « mère » pour les langues germa­niques. pour les langues slaves, etc.

Il n’entre pas dans nos propos de montrer à l’aide de nombreux exemples comment on peut rattacher certains mots des langues étran­gères entre eux. Pour illustrer cela, nous nous contenterons d’un seul exemple car le lecteur intéressé par le sujet peut trouver dans les ouvrages signalés en bibliographie de nombreux autres exemples. Nous illustrerons notre exemple à partir d’un cas apparemment difficile car les séries père (pater. vader. father. etc.) ou mère (mother, moeder. math, etc.) sont déjà bien connues de la plupart de nos lecteurs.indo-européenne



← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles