Parti communiste et extrême droite

> > Parti communiste et extrême droite ; écrit le: 12 avril 2012 par La rédaction


Les communistes

« Bon an mal an, la gauche russe part en campagne électorale en meilleur ordre que la droite [note B. Frédérik…]. Le succès du Parti communiste de la Fédération de Russie (PCFR), arrivé en troisième position en 1993, avait été quelque peu éclipsé par la percée du parti de Vladimir Jirinovski.

On serait tenté d’écrire que ce phénomène n’est pas surprenant et qu’il convient de le rapporter aux mouvements d’opinion du même type dans presque toute l’Europe de l’Est. Cependant, si les Russes — comme les Polonais, les Bulgares ou les Hongrois  ont été bousculés par la violence et la rapidité de la transition vers l’économie de marché et ses conséquences sociales et morales, le Parti communiste de la Fédération de Russie n’a changé, lui, ni de nom ni, foncièrement d’orientation.

Le 21 août 1991, sans coup férir, à la suite de l’échec du putsch, Boris Eltsine interdisait le Parti communiste russe, Mikhaïl Gorbatchev démissionnait de son poste de secrétaire général du PC soviétique, qui lui-même annonçait sa dissolu­tion. Tandis que, dans la plupart des républiques, les dirigeants communistes au pouvoir transformaient in extremis leurs partis en formations gouvernementales a orientation plus ou moins socialiste, les militants et l’appareil communistes russes se trouvaient livrés à eux-mêmes, en proie à la peur d’une “revanche contre-révolutionnaire”.

C est dans la quasi-clandestinité que, en février 1993, dans une maison de repos des environs de Moscou, le Parti communiste de la Fédération de Russie est reconstitué. L’aile réformatrice, qui avait le plus œuvré pour ce congrès de réunification, n’en était pas moins minoritaire : ce fut Guennadi Ziouganov qui prit  les rênes de la nouvelle organisation.  Deux ans plus tard, le PCFR déclare 680000 adhérents.

La droite extrême

« Au cours [de l’année 1992], on a assisté en Russie à une série d’initiatives de l’extrême droite occidentale, décidée à investir le pays dans l’espoir d’y trouver un champ d’expérience où, le chaos et le désarroi aidant, ses idées pourraient avoir une forte résonance. C’est dans l’hebdomadaire Dien, principale publi­cation de l’“opposition patriotique”, que ces idées ont trouvé une tribune. Créé à Moscou au printemps 1991, interdit pendant une brève période au lendemain de la tentative de putsch d’août 1991, l’hebdomadaire Dien s’est progressivement imposé comme le porte-parole de l’ensemble de l’opposition patriotique, des courants les plus conservateurs de l’ancien Parti communiste aux divers courants nationalistes.  L’hebdomadaire a adopté un ton furieuse­ment polémique contre “le régime et le gouvernement d’occupation” de Boris Eltsine et Egor Gaïdar, criant au “génocide” du peuple russe, dénonçant le “complot judéo-maçonnique”, adoptant des positions très énergiques tant sur la Transniestrie que sur l’Abkhazie et mène une campagne systématique de défense des putschistes emprisonnés.

Dans cette mouvance, le prestige de Dien ne s’explique pas uniquement par sa dénonciation virulente des malheurs actuels de la Russie et de la gestion de “ceux qui vendent le pays au capital étranger”. tient aussi à ce qu’il a su devenir un laboratoire d’idées et de débats sur le destin passé et surtout à venir de la Russie. ,

Les idées développées par Dien’ peuvent apparaître comme un simple délire de nostalgiques de l’Empire. Elles méritent d’être prises au sérieux en fonction d’au moins deux types de considérations. En premier lieu, elles sont diffusées de façon massive par les médias et peuvent catalyser le mécontentement très profond de la période actuelle en lui donnant une forme politique. En second lieu, elles apparaissent comme une amorce de réponse conservatrice à la sortie du soviétisme, en ne niant pas totalement la période antérieure comme le font les partisans de Eltsine. La continuité tient non pas dans les idéologies mais dans l’affirmation d’une filiation Russie-Union Soviétique-Russie soviétique qui le consacre l’idée de grande puissance. »

Vidéo : Parti communiste et extrême droite

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Parti communiste et extrême droite

https://www.youtube.com/embed/FrB4XH_OiDI

← Article précédent: Russie Article suivant: Femmes et hommes russes


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site