La soudure des morphèmes

> > La soudure des morphèmes ; écrit le: 28 décembre 2014 par imen

Pour créer un mot, il faut toujours, au minimum, deux morphèmes. En français, les morphèmes utilisés pour la création d’un mot sont toujours soudés en un seul mot. Cette soudure est généralement réalisée au moyen d’une voyelle dite de liaison. Comme le lecteur s’en rendra compte en consultant cet ouvrage, lorsqu’une voyelle de liaison peut-être utilisée

nous l’indiquons entre parenthèses. Ainsi, le morphème -gastr- (estomac) est indiqué comme -gastr(o)- car il peut être à l’origine de gastrite (mot créé sans voyelle de liaison) ou de gastroscopie (mot créé avec une voyelle de liaison). Cette jonction vocalique entre les deux éléments d’un mot permet généralement de préciser si son origine est grecque ou latine. En effet, pour les mots d’origine latine la jonction vocalique est la lettre « i » (par exemple, agr/cole : agri = champ et cole = qui cultive), alors que c’est généralement le « o » pour les mots d’origine grecque (par exemple, ethnologie).

Le lecteur aura également remarqué dans notre exemple que le morphème est précédé et/ou suivit d’un petit tiret (« -gastr(o)-». Ce tiret a pour seule fonction de préciser la position du morphème dans la formation d’un mot : en première position (-gast/) ou en dernière position (gastr-). Pour certains mots, comme celui de notre exemple, le morphème peut être utilisé aussi bien en première qu’en dernière position.des morphèmes

← Article précédent: L’arbitraire du signifié et du signifiant Article suivant: La morphologie des langues : Le mot


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site