les relations extérieures de l’Allemagne

> > les relations extérieures de l’Allemagne ; écrit le: 25 juin 2012 par La rédaction

On a vu plus haut que les relations extérieures de l’Allemagne étaient largement conditionnées — et pour cause — par la réunification, et qu’elles étaient toujours dominées par le vieux balancement entre l’Est et l’Ouest européens.

1990 : la frontière de l’Est

Rappelons d’abord les principales étapes et dates significatives en matière de frontière Oder-Neisse (Odra-Nysa). Le 21 février 1990, Tadeusz Mazowiecki, Premier ministre polonais, demande qu’un traité garantissant l’intangibilité de la frontière germano-polonaise soit conclu entre la Pologne et les deux Allemagnes avant la réunification. Malgré les pressions occidentales, le chancelier Kohi refuse de prendre des engagements sur cette question, affirmant qu’elle relève du Parlement et du gouvernement d’une Allemagne réunifiée. Toutefois, quelques jours plus tard, le 6 mars 1990, le chancelier Ivohl (CDU) et son ministre des Affaires étrangères Genscher (libéral) mettent fin à leur désaccord sur la question de la frontière Oder-Neisse avec la Pologne, dont l’inviolabilité est reconnue, le 8, par le Bundestag, à l’unanimité moins cinq abstentions. Le 9, Jaruzelski et Mazowiecki reçoivent à Paris le soutien de la France sur cette question. Mitterrand souhaite qu’un « acte juridique international » garantisse l’intangibi- lité de cette frontière avant l’unification allemande. Le 14 mars 1990, la confé­rence dite « 2+4 » (RDA, RFA, plus Etats-Unis, France-Grande-Bretagne, URSS) sur les aspects internationaux de l’unification allemande tient une première réunion à Bonn au niveau des experts. Les participants acceptent la demande de la Pologne d’être associée aux travaux qui la concernent.

Le 5 mai 1990, la première réunion ministérielle de la conférence dite « 2+4 » sur les aspects internationaux de l’unification allemande se tient à Bonn. L’URSS s’oppose aux autres participants en refusant que la future Allemagne appartienne à l’OTAN. Le 8, à Moscou, Gorbatchev réclame un « traité de paix » et, le 17, est annoncée la suspension du retrait des troupes soviétiques de RDA, évident moyen de pression. Enfin, le 14 novembre 1990, le traité garan­tissant l’intangibilité de la frontière germano-polonaise sur la ligne Oder-Neisse est paraphé à Varsovie. Le 17 juin 1991, un traité de coopération et de bon voisinage est signé à Bonn par le chancelier Ivohl et Jan Bielecki, Premier ministre polonais.

Un poids économique pesant à l’Est ?

Allons plus loin, notamment dans le domaine économique. Déjà en position dominante dans la CEE, l’Allemagne est en première ligne pour la conquête des économies de l’Est, selon l’expression de L. Carroué19. En effet, « dans cet espace de 128 millions d’habitants que représente l’Europe centrale et orientale,

Vidéo : les relations extérieures de l’Allemagne

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : les relations extérieures de l’Allemagne

← Article précédent: Le reste du proche et du Moyen-Orient Article suivant: La navigation fluviale : Des perspectives limitées


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site