Pourquoi les français prononcent-ils si mal l’anglais ?

> > Pourquoi les français prononcent-ils si mal l’anglais ? ; écrit le: 21 décembre 2014 par imen

Ce n’est un mystère pour personne, rares sont les Français qui pronon­cent correctement l’anglais (l’inverse est vrai aussi). Pourquoi ? La réponse est simple, il s’agit d’un problème de base articulatoire. La base articulatoire. c’est l’ensemble des habitudes articulatoires qui caractérisent une langue. Or. de ce point de vue. l’anglais et le français sont diamétralement opposés. Ainsi que le fait remarquer Bertil Malmberg. « toute l’articulation française est caractérisée par une tendance antérieure. Les t. d. n sont des dentales pures. Les consonnes se palatalisent facilement dans un entourage palatal. Quelques voyelles de la série postérieure ont tendance à avancer leur point d’articulation dans ta bouche (…). L’anglais, au contraire, est caractérisé par une tendance à reculer les articulations dans la bouche (…). Le mot anglais garde beaucoup plus que le mot français son indépendance phonétique dans la phrase, où tous les mots pleins (substantifs, adjectifs, adverbes, verbes) ont leur accent propre. Il n’est donc pas étonnant que l’Anglais prononce souvent mal le français, et le Français, mal l’anglais. Leurs bases articulatoires sont très différentes, parfois diamétralement opposées. »5. Ainsi, d’un point de vue pratique, pour bien parler une langue, il faut d’abord acquérir de nouvelles habitudes articulatoires sans lesquelles il est impossible d’accéder au système phonique de cette nouvelle langue.

Amuïssement

C’est la disparition de la prononciation d’un phonème. En grec, c’est la disparition de la sifflante « s » entre deux voyelles ; en français, c’est la disparition de I’ « e » muet ; en espagnol des Baléares, c’est la disparition du « s » final (on dira ainsi « bueno dia » au lieu de « buenos dias » ; dans les langues celtiques, c’est la disparition du « v » initial, etc. Signalons également, en français, l’amuïssement de I’ « s » du pluriel, lequel était encore prononcé dans l’ancien français (on disait alors des pains, en prononçant bien le « s » final). Autre exemple : le mot bouleversement qui se prononce boulversement.

Rhotacisme

C’est la transformation d’un « s » entre deux voyelles en « r ». En latin, par exemple, honosqu\ devrait donner au génitif honos/s devient honoris.

Assibilation

C’est le passage du « ti » au « tsi » puis au « si ». Cette assibilation est très fréquente en grec.Rhotacisme

← Article précédent: Remplacement d’une voyelle et d’une consonne par un accent circonflexe Article suivant: évolution morphologique


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site