Mythologie des Finnois

> > Mythologie des Finnois ; écrit le: 13 février 2012 par La rédaction

Parlant des dialectes issus d’une même langue, le finnois, les peuples dits ougro-finnois se situent en colonies dispersées sur un immense territoire, de la Laponie à la Finlande et de la Hongrie aux plaines de la Volga et à la Sibérie occidentale.

Leur mythologie peut être en partie reconstituée grâce à un vaste poème des Finnois de l’ouest, formé (au XIXe siècle) par la réunion de chants et de légendes populaires : le Kalevala.

Leur héros, Vâinâmoïnen, se veut représentatif de l’idéal finlandais. Opposant la réflexion à la violence, il préfère triompher par son chant et sa cithare plutôt que par sa hache de fer.

L’univers mythologique des Finnois

À l’origine des temps, les Finnois placent un dieu créateur, qui fait retentir le tonnerre et tomber la pluie. Plusieurs divinités l’entourent, dont la déesse de l’Air, lima, qui mettra au monde Luonnotar, dont le nom signifie Fille de la Nature.

Celle-ci désira mettre un terme à une solitude qui lui pesait. Elle abandonna les demeures célestes et se posa sur l’océan. Le vent vint la caresser et la rendit mère.

Ballottée par les flots, elle demeura longtemps – sept siècles ! – à trouver un asile. Un aigle qui cherchait à déposer ses œufs avisa son corps, flottant sur les vagues, et les y logea. Quand les œufs s’ouvrirent, leur fond donna naissance à la terre ;

leur sommet, au ciel ; le jaune, au soleil ; le blanc, à la lune ; des débris de coquilles, aux étoiles.

Toutes les forces de la nature seront représentées par des divinités bienveillantes : la forêt, les champs et les plantes, les eaux. En revanche, de mauvais génies infestent aussi bien le monde terrestre que le inonde aquatique.

Quant au royaume des morts, c’est un pays lointain entouré d’un fleuve aux eaux noires. L’ombre y est plus lourde qu’ailleurs, mais des arbres y vivent et les rayons du soleil y parviennent. Le dieu Tumi y règne avec son épouse et ses filles, divinités des Maladies et des Douleurs. À l’entrée du séjour fatal, le monstre Surma, personnifiant le destin, s’abat sur tout être qui s’approche.

← Article précédent: Mythologie des Slaves Article suivant: Les Amériques : Les Esquimaux


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site