Impérialisme et conquête

> > Impérialisme et conquête ; écrit le: 28 avril 2012 par La rédaction

Les théorisations de l’impérialisme dans la lignée allant de Hobson à Lénine ont profondément marqué l’histoire des idées et des affrontements idéologiques du XXe siècle. Elles ne sont pourtant pas les seules, car elles ont suscité différentes réponses venant des écoles de pensée libérales ou des théoriciens « réalistes » des relations internationales.

On retrouve ainsi des penseurs comme Raymond Aron qui fait de la puissance, d’Athènes jusqu’à aujourd’hui, une constante de l’histoire. L’impérialisme naît quasi naturellement d’une situation de déséquilibre des forces, où le plus puissant a les moyens de s’emparer des territoires des autres. Il pouvait même y trouver un intérêt économique par la prédation, la conquête nourrissant la conquête, les armées étant entretenues par les contributions des vaincus. Tel était d’ailleurs le mécanisme de fonctionnement de l’Empire napoléonien. Cette interprétation fait finalement de l’impérialisme un simple synonyme de la politique de conquête en général. Il est vrai que cette question, qui fut au centre de la réflexion politique européenne du XVIe au XVIIIe siècle, a été ensuite particulièrement négligée.

Inscrire l’impérialisme dans la nature des relations entre les hommes indépendamment des modes de production abolit l’idée d’un sens de l’histoire, chère à la pensée marxiste (le stade ultime), mais éclaircit peu la spécificité de chacun des contextes historiques concernés. Or ces contextes sont loin d’être univoques et ne se réduisent pas aussi aisément à de simples rapports de puissance. Pour le montrer, l’enquête doit ici, au moins momentanément, interrompre l’examen des interprétations théoriques pour se tourner vers une sorte d’anatomie comparée des grands épisodes impériaux antérieurs à la révolution industrielle européenne du XIXe siècle. Dans les pages qui suivent, la réflexion théorique ne sera plus présentée en tant que telle, mais en fonction d’analyses de situations historiques concrètes. On quitte pour ainsi dire la méthodologie des sciences politiques pour suivre celle des historiens, ces médiocres théoriciens.

Vidéo : Impérialisme et conquête

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Impérialisme et conquête

https://www.youtube.com/embed/q51ReHTtsq4

← Article précédent: l’empire et ses ennemis : Le stade suprême du capitalisme Article suivant: L’ empire et ses ennemis : Rome


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site