Les Grecs : Les dieux d’En-Haut

> > Les Grecs : Les dieux d’En-Haut ; écrit le: 13 février 2012 par La rédaction

Aux côtés du couple souverain séjournent les Olympiens.

Née de l’écume des flots, Aphrodite, déesse de la Beauté et de F Amour, exerce un pouvoir absolu sur les passions des dieux et des hommes. Elle est assistée dans ses manœuvres par son fils Erôs, le petit archer bourreau des cœurs.

À la déesse du Caprice et du Délire des sens est résolument opposée Athéna, chaste déesse de la Raison. Née du cerveau de Zeus, elle en est sortie casquée et armée. Elle saura, quand il le faut, conseiller ses partisans et combattre à leurs côtés, mais elle préfère présider aux travaux pacifiques. Elle est la protectrice d’Athènes, qui édifiera pour son culte  le temple dit « de la vierge » : le Parthénon.

Farouchement attachée à la virginité est également Artémis, déesse de la Lune et de la Chasse. Née – difficilement – dans l’île de Délos, elle se plaît à parcourir, l’arc au poing, les bois de la sauvage Arcadie  riche en gros gibier. Entourée de tout un cortège de nymphes, divinités des sources, des arbres et des montagnes, elle les entraîne dans ses équipées et leur impose la rigueur de ses mœurs.

À l’inverse d’Artémis, son frère jumeau Apollon, paré de tous les dons du corps et de l’esprit, est loin d’être insensible aux choses de l’amour. Il est dieu du Soleil mais également de la Musique et de la Poésie et a mission de porter la lumière tant sur le monde physique que sur les obscurités du destin : son oracle  de Delphes, proclamé par la Pythie, éclaircit les énigmes et dévoile l’avenir.

Sur les flancs du Parnasse, Apollon tient une véritable cour, consacrée aux arts. Il y est rejoint par les neuf Muses, créées pour charmer les dieux par leurs talents : Calliope pour l’éloquence, Clio pour l’histoire, Érato pour la poésie, Euterpe pour la musique, Melpomène pour la tragédie, Polymnie pour le mime, Terpsichore pour la danse, Thalie pour la comédie et Uranie pour l’astronomie.

Fils d’Apollon, Asclépios est dieu de la Médecine ; il a pour emblème le caducée et porte la barbe, alors que son père est imberbe. Son sanctuaire  le plus fréquenté est celui d’Épidaure.

Fils de Zeus comme Apollon, Hermès, subtil et infatigable messager du roi des dieux, est le protecteur des voyageurs et des commerçants.

Autre fils de Zeus – qui l’a, avant sa naissance, recueilli dans le gras d’une de ses cuisses -, Dionysos, après une multitude d’aventures, apparaît comme dieu de la Vigne, dont il enseigna la culture aux humains, et de l’ivresse créatrice : alors qu’Apollon incarne l’harmonie spirituelle, Dionysos agit en excitateur de l’élan vital. Il est escorté de divinités agrestes, agiles et délurées, à la fois hommes et boucs, les satyres. Pour son culte, les Grecs inventeront les représentations théâtrales, inspirées primitivement de sa légende.

← Article précédent: Les Grecs : Les amours de Zeus Article suivant: Les Grecs : L’autre monde et ses dieux


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site